Un FAR CM70 au Club

Franck, adhérent de notre association est l’heureux propriétaire de ce FAR CM70. Nous lui avons posé quelques questions. Pourquoi de nom de FAR ? « Ce sont les initiales des prénoms des concepteurs : Fritz Glassmann, André Lagache et René Léonard. Ces tracteurs ont été construits à Gennevilliers de 1937 à 1970.

Peux-tu nous en dire un peu plus à propos des CM70 ? « un premier modèle est présenté aux Mines le 9 Janvier 1953. Huit exemplaires sont produits en 1953 et un seul en 1954, Son moteur est un diesel Hispano-Suiza licence Hercules.En 1955 FAR présente de nouveau un CM70 avec une cabine Pelpel basculante pour faciliter l’entretien et les réparations. En 1954 le CM70 est vendu : 2 500 000F. Sans être affirmatif, ce tracteur doit être le seul survivant de cette série de 9 exemplaires ».

Peux-tu nous retracer son histoire ? « la compagnie industrielle de textiles artificiels et synthétiques, rue de Pressensé, 42300 Roanne achète ce Cheval Mécanique (CM) en 1953. Devenue ensuite société Peaudouce, en compagnie d’un collègue du Lycée Carnot, je le repère en 2004. Il nous est cédé avec deux semi-remorques à condition de le restaurer. Il va transiter par le site de la Sernam (que le véhicule connaît bien puisqu’il effectuait des navettes entre l’entreprise et le site) avant d’intégrer en 2008 le garage du Lycée Carnot où mon collègue organisera le désassemblage de la cabine et du châssis.

Et ensuite ?  » En 2015, après avoir cherché, en vain, de la documentation, j’ai commencé une restauration par la reconstruction de la cabine, par la partie menuiserie effectuée par un professionnel, en premier temps, puis la partie métallique ensuite. C’est à ce moment que j’ai découvert les talents d’assembleur de FAR, des pièces de Panhard, Citroën, Peugeot et bien d’autres constructeurs. N’ayant pas participé au démontage de la cabine, il a fallu, en 2016, retrouver les pièces démontées, les identifier, et commencer la restauration de la partie châssis – mécanique. En 2017, j’ai réalisé l’assemblage de la cabine et du châssis, la réfection du câblage électrique, toujours sans plan, ni documentation.

« 2018 correspond aux premiers tours de roues pour le tracteur. Préparation du dossier FFVE, demande du certificat d’immatriculation, immatriculation. Premières sorties sur routes ouvertes. Enfin en 2020, c’est le début de la restauration d’une semi-remorque plateau FAR type M10.

Et maintenant , « Avec mon CM70, je participe à quelques manifestation de véhicules anciens dans la région roannaise. Vous risquez de le voir en Novembre prochain à Epoq’auto à Lyon »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.